Paysages Polynésiens


Toutes les photos sont soumises à un copyright et ne sont pas libres de droits. Si vous souhaitez les utiliser contactez moi.

 

Motu Oatara, Raiatea

Motu Oatara vue du Sud de l'île de Raiatea, Iles sous-le-Vent, archipel de la Société. Il fait parti du paysage culturel inscrit au patrimoine de l'humùaité (UNESCO) de Taputapuatea depuis 2017.

 

Ce motu d'un hectare de superficie environ constitue un sanctuaire d'oiseaux marins unique
à Ra'iatea grâce au couvert végétal constitué d'arbres pu'atea (Pisonia grandis), mikimiki
(Pemphis acidula), tāhinu (Heliotropium foertherianum), fara (Pandanus tectorius),
auxquels ont été ajoutés par la Direction de l'Agriculture (ex SDR), le tou (Cordia
subcordata), le miro (Thespesia populnea) et le 'aito (Casuarina equisetifolia).

 

Le motu Atāra abrite quant à lui plusieurs centaines d'oiseaux marins de 6 à 10 espèces
différentes qui arrivent en nuées à la tombée de la nuit et repartent au petit matin. Les oiseaux marins ont une importance considérable dans la culture mā'ohi : manifestation des dieux (ata), symbole des ari'i (chefs), annonciateurs de bonnes ou mauvaises nouvelles, guides aidant à la navigation traditionnelle ou à la pêche, les oiseaux sont toujours observés minutieusement par les habitants. Les grandes sculptures dressées (unu) du Marae Taputapuātea représentaient souvent à leur sommet un oiseau.

 

Cet îlot corallien situé sur le récif barrière non loin de la passe Te Ava Mo'a,
est cité par la tradition orale sous plusieurs noms. Le nom actuel de l'îlot est Atāra, et
il est aussi souvent dénommé « 'I'ihiariri », nom qui semble vouloir cacher le nom tapu
« 'O'ohiariri » (Jean Mere, information orale, 2015). Ce motu abritait les oiseaux marins
guidant les navigateurs vers les terres et était un lieu où les pirogues arrivant de l'extérieur
devaient accoster avant que l'autorisation d'entrer cérémoniellement sur le site sacré de
Taputapuātea ne leur soit donnée.

 

Zone de protection du motu Atāra :

Le Motu Atāra présente un intérêt majeur pour la préservation des oiseaux marins. Un dialogue a été engagé entre la DIREN et les propriétaires privés du motu pour réfléchir ensemble à un plan de gestion et de valorisation du motu. Les prescriptions sont pour l'instant les suivantes :
1) L'autorisation des propriétaires du motu doit être obtenue avant tout accès au motu
2) Les arbres fournissant l'habitat des oiseaux marins sont protégés